Logo Conserv-Action
Conserv-Action

Le refuge Cerro Dantas, de dcouverte en dcouverte

Par : FJ Rthor, le 21 Septembre 2013 à 04:25

Comme je l’ai brièvement abordé à la fin de l’article La forêt pluvieuse d'altitude au quotidien, notre séjour au refuge Cerro Dantas a été rythmé par diverses activités. Le lieu se prête à merveille à l’investigation scientifique, nous en ferons notre priorité.

Motivée par la demande du propriétaire des lieux, Warren Calvo, nous avions une grande idée en tête, celle de faire un inventaire de la faune extraordinaire présente au Cerro Dantas. Ici, plusieurs scientifiques mènent des études sur la distribution des espèces d’amphibiens, de reptiles et de mammifères et sur les menaces qui pèsent sur elles.

Deux surprenantes découvertes au cours des dernières années ont retenu notre attention : (1) la concentration de tapirs du Cerro Dantas serait la plus abondante du Costa Rica ; (2) une espèce d’amphibien éteinte y est réapparue après 25 ans d’absence. On y trouve aussi de nombreuses autres espèces répertoriées ‟en danger critique d’extinction”, un lieu propice à l’étude des causes du déclin massif d’espèces.

Craugastor podiciferus, l'espèce de grenouille la plus fréquente à Cerro Dantas. Ici, un juvénile de quelques jours.

 

La vipère invisible

Sorties de jour, sorties de nuit, sorties sous la pluie, les occasions sont nombreuses et se succèdent pour aller dénicher les animaux. Une rencontre inespérée nous attendait au cours de notre première surveillance nocturne.

La sortie infructueuse touche à sa fin, quelques minutes nous séparent du camp. Ma lampe frontale balaye le chemin, des feuilles, de la terre, de la boue, encore des feuilles, encore de la terre et toujours de la boue…là, à mes pieds, en mouvement, un animal d’un vert étincelant ! L’information monte au cerveau, c’est bien un serpent. Comme un automatisme depuis notre expérience herpétologique au sein du Project Chicchan, j’avertis ‟ Julien, serpent ! ”. L’animal, paisible, traverse le sentier à mes pieds, Julien, de son coup d’œil expert, m’annonce qu’il s’agit d’une espèce de Bothriechis de la famille des Viperidae (vipères). Je saisis à ces mots l’importance de notre découverte, il s’agit là de l’espèce qu’étudie Juan Abarca, herpétologue référent pour le Cerro Dantas. Nous voici en présence d’un serpent venimeux, la vigilance est de mise. Je reste alors immobile faisant preuve d’un calme impressionnant et laisse l’animal se loger dans les fougères du tronc voisin, je suis subjuguée par la beauté envoûtante de ce serpent. Une heure durant, nous l’observons et récoltons une série de données.

Malgré ses couleurs flamboyantes, Bothriechis nigroviridis compte parmi les espèces de serpents les plus difficiles à observer.

La composition du venin de ce serpent reste un mystère que Juan Abarca tente d’élucider. En effet, l’anti-venin injecté en cas de morsure des 2 autres espèces de Bothriechis n’a un effet que mineur avec B. nigroviridis. La réponse à cette énigme réside peut-être dans la différence de niche écologique et de régime alimentaire occupée par B. nigroviridis par rapport aux autres espèces de ce même genre.

Juan Abarca, herpétologue costaricien et spécialiste des causes de déclin massif des amphibiens et des reptiles.

Juan se réjouit de notre découverte de Botriechis nigroviridis (littéralement ‟ noirvert ” en référence aux couleurs qui composent les motifs de son corps) qui a toute son importance pour les études qu’il mène. Cette espèce est menacée et il est extrêmement rare de pouvoir l’observer. La frustration de Juan est alors palpable, il nous confie rechercher ce serpent depuis 8 mois, en vain. Notre exploration des lieux débute de très belle manière.

 

Le crapaud revenant

Retour sur quelques faits

L’herpétofaune costaricienne compte parmi les plus étudiées de la planète. A lui seul, le Costa Rica héberge plus de 400 espèces d’amphibiens et de reptiles. Pourtant, dans les années 80, 20 espèces ont soudainement disparu. Les flancs du volcan Barva ont largement été frappés par le déclin des populations d'amphibiens. Les grenouilles du genre Atepolus et Craugastor, le crapaud d’Holdridge et Lithobates vibicarius furent alors particulièrement affectés.

Curieusement et contre toutes attentes, c’est en 2009, au Cerro Dantas, que le crapaud d’Holdridge, Incilius holdridgei, refait surface après 25 ans d’absence !

Incilius holdridgei, le crapaud disparu pendant 25 ans aujourd'hui retiré de la liste des espèces disparues (Crédit photo : Juan Abarca).

L’espèce vient d’être retirée de la liste des espèces disparues et est désormais répertoriée en danger critique d’extinction. Retour sur cette découverte.

Une histoire de contes et légendes

Il y a fort longtemps1 vivait sur les flancs du volcan Barva au Costa Rica une population de crapauds du nom d'Holdridge. Ils avaient pour habitude de rester toute l'année sous terre à l’exception de la quinzaine de décembre où les festivités reproductives annuelles avaient lieu en surface. De longues années durant, la population abondait, les générations se succédaient, une prospérité sans faille.

Cette année-là pourtant, le malheur s’abattit sur les Holdridges. Les forces naturelles2 s’unirent avec le grand ennemi3 pour les anéantir. La guerre dura plusieurs saisons et les crapauds ne purent faire le poids, la population entière fut décimée.

Pendant un quart de siècle, de nombreux habitants de contrées lointaines ont cherché des survivants. Leurs efforts ne furent pas vains car un individu fut finalement retrouvé4.

Aujourd’hui, la population de crapauds d’Holdridge court toujours un grand danger et loin semble le retour de la prospérité. Jusqu’au fin fond de contrées éloignées, leur cause est désormais défendue5.

1 : dans les années 70 ; 2 : le réchauffement climatique ; 3 : le champignon microscopique Batrachochytrium dendrobatidis (Bd) ; 4 : en 2010, 25 ans après la dernière observation, J. Abarca redécouvre un spécimen. En 3 ans, ce sont 67 individus (45 juvéniles, 14 subadultes et 8 adultes) qui ont été observés ; 5 : Conserv-Action souhaite lever le voile sur les menaces qui pèsent sur cette espèce

Une énigme scientifique

Nous n’avons pu observer cette espèce qui séjournait sous terre lors de notre passage au Cerro Dantas mais nous suivons de près les avancées des recherches la concernant. Cette histoire ahurissante d’un crapaud qui refait surface, c’est une opportunité de plus d’étudier les causes du déclin massif des amphibiens.

La découverte d’une population d’Incilius holdridgei soulève certaines questions : est-ce que cette espèce ou population est résistante au Bd, ce champignon microscopique à l’origine de la mort par asphyxie de nombreux amphibiens ? Quelle est la taille de la population ? Est-elle viable ? Peut-on être certain que cette espèce ne risque pas l'extinction, notamment par la prédation de ses têtards par ceux, féroces et invasifs, d’Itshmohyla pseudopuma ?

Juan Abarca travaille d’arrache-pied pour lever le voile sur ces mystères, mais le temps et l’aide de volontaires lui manquent. Nous étudions présentement des possibilités de collaboration.

For your elegant feminine style, these cheap wedding dresses is a perfect choice to brides. The application of embellishment on the entire or just some parts of the wedding dress is allowed. Ruffle is one of the most favorite details which are applied on the Cheap Wedding Dresses. This ruffle detail is typically applied to cover the flared skirt so that the wearer’s silhouette looks dramatic. In addition, the ball gown wedding dress is suitable to combine with any kind of sleeve and neckline cut.

Inventaire de lépidoptères : festival de formes et de couleurs

Tôt le matin au Cerro Dantas, la brume pèse et les oiseaux émergent de leur nuit. Ce sont en ces heures matinales que les papillons nocturnes ont pris l’habitude de se regrouper sur quelques épiphytes non loin de nos quartiers avant de servir de repas gourmet aux volatiles opportunistes.

A plusieurs reprises, de splendides spécimens nous attendaient aux premières lueurs du soleil.

Une autre tâche s’ajouta donc à notre calendrier, réaliser un inventaire photographique des lépidoptères (‟ papillons ”).

Les papillons de nuit, véritable spectacle pour les yeux, en voici un échantillon.

En 15 jours, nous observerons pas moins de 70 espèces de papillons, plus spectaculaires les unes que les autres. La coloration des centaines d’écailles qui composent les ailes des lépidoptères donne lieu à une incroyable diversité de motifs.

La chose la plus impressionnante réside sans aucun doute dans la diversité des stratégies de défense élaborées par ces animaux. Toutes sortes d’imitation existent, un véritable festival de techniques de camouflage. Par nature, les papillons nocturnes ont tendance à être mieux dissimulés que les papillons diurnes, pour la simple raison qu’ils restent immobiles durant le jour, lorsque les prédateurs sont eux, actifs. Parmi les as du camouflage, il y a la feuille morte, la feuille verte nervurée ou encore l’écorce pelée.

Les papillons nocturnes sont des spécialistes du camouflage, ici, deux splendides exemples.

Certains individus ont choisi le mimétisme comme stratégie anti-prédatrice. C’est le cas notamment de motifs alaires imitant des yeux de rapaces nocturnes.

Les yeux ou ocelles présents sur les ailes de ce papillon imitent les yeux d'un rapace nocturne, une stratégie anti-prédatrice éprouvée.

D’autres encore possèdent des couleurs métalliques qui diffractent la lumière.

Un magnifique spécimen Rothschildia triloba et ses motifs métalliques à la propriété optique de diffraction de la lumière impressionnante.

Désormais, nous devons nous pencher sur la détermination de cette foule de Lépidoptères. La tâche est laborieuse mais débouchera peut-être sur l'identification d'une nouvelle espèce. Affaire à suivre.

 

A la quête du tapir

Le tapir de Baird (Tapirus bairdii) est le mammifère terrestre le plus imposant d'Amérique centrale, il n'en est pas moins l'un des plus discrets. Dépassant aisément les 300 kg, l'animal est extrêmement difficile à observer. De récentes études ont montré que la population de tapirs du Cerro Dantas serait la plus abondante du Costa Rica, le nom du refuge prend alors tout son sens, ‟ la colline aux tapirs ”. Pourtant cela fait plusieurs mois qu'aucun tapir n'y a été observé.

Nous nous sommes naturellement fixés l’objectif de parvenir à observer l’animal. Nous sortons à répétition, au petit matin, en fin de journée et la nuit dans le but de repérer les lieux de passages fréquemment utilisés par les tapirs. Rapidement, nous localisons de nombreuses empreintes fraîches et des chemins générés par leur passage.

A gauche : chemin de passage (trail) des tapirs ; A droite : une empreinte d'un tapir adulte.

Nous repassons sur zone sans relâche, patience et obstination sont alors nos alliés.

En pleine embuscade aux airs de " où est Charlie? " avec l'espoir d'observer un tapir.

Après 5 jours de recherche active, l'impensable se produit. Ce soir-là alors que nous étions partis débusquer des grenouilles arboricoles en compagnie de Juan, Julien part à l’avant, seul. Je me doute qu’il se rend à la prairie où nous avons vu plusieurs empreintes de tapir la veille. Dans la nuit noire, Julien m’appelle. A l’entendre murmurer aussi fort que possible, je me doute qu’il y a un animal aux alentours.  Plus je m’approche, plus je ressens la tension qui émane de Julien. A quelques mètres de nous, un imposant tapir est là, à l'arrêt. Je retiens mon souffle, nous avons tous les deux du mal à concevoir l’instant. La pression est à son paroxysme, nous devons à tout prix obtenir des clichés et vidéos du tapir avant qu'il ne disparaisse dans l'épaisse forêt. Mission accomplie.

Un tapir de Baird observé après 5 jours de recherche intense, un précieux moment pour Conserv-Action !

Observer ainsi un tapir est une chance rare, que peu de personnes n'expérimentent. L'animal est impacté violemment par la chasse ou encore par la déforestation et les dommages qui en découlent.Voilà un symbole fort pour l'Expédition Biodiversité 2013 et pour Conserv-Action. 

Nos deux semaines au refuge Cerro Dantas nous ont permis d'appréhender la faune sauvage en péril d'une façon extrêmement pivilégiée. Deux semaines chargées en émotion et en images incroyables. Une nouvelle étape nous attend désormais, nous abordons notre visite du Tenorio Lodge le sentiment de la tâche accomplie.

comments powered by Disqus