Logo Conserv-Action
Conserv-Action

Capturer un croco, pas une mince affaire. Le rel?cher ? Non plus.

Par : Barbara Rthor, le 18 Juin 2013 à 21:01

C’est la voix de Cherie qui, à 7h du mat’, nous réveille. Il y a un croco dans le piège au sud de l’île. Il faut faire vite car selon la personne qui l’a vu, il commence à endommager sévèrement le piège et risque ainsi de se blesser. Nous voilà reparti dans la voiture de golf, Vince et Cherie à l’avant, nous deux à l’arrière.

Il faut se répartir les rôles : Julien sera derrière la caméra et moi dans l’action. En effet, nous ne serons pas trop de trois à contrôler l’animal, Vince, Cherie et moi. L’animal dans le piège semble faire près de 3 mètres. Vince a alors un regard perplexe sur les alentours. Selon lui, il y a un autre crocodile dans les parages, plus gros encore. Il ne lui faudra pourtant pas plus de quelques minutes pour se jeter seul à l’eau. Julien se positionne à quelques mètres de l’entrée du piège pour capter au mieux l’ambiance de la scène. En ce qui me concerne, je sais ce qui m’attend, je suis responsable de la maîtrise de l’arrière de l’animal, ses pattes arrières et sa queue, derrière Cherie, qui elle se chargera de la gueule et des pattes avant. A ce stade, mieux vaut ne pas trop réfléchir. Intellectualiser ses gestes risquerait de me mettre en danger. J’écoute attentivement les conseils de Cherie : 1, Vince se charge de sortir l’animal du piège et de le tirer sur la berge, 2, au signal de Vince, on saute ensemble sans hésitation sur le croco, chacune à notre poste, 3, je place le plus rapidement possible mes genoux sous les pattes arrières que je dois maintenir loin du sol, 4, je me fais la plus lourde possible assise sur la base de la queue de l’animal. Ok, finie la théorie, place à l’exécution.

Vince, à travers les mailles du filet du piège, parvient à saisir la mâchoire supérieure du croco au lasso. Il déplace tranquillement la corde jusqu’à l’entrée du piège.

Cherie se charge de retirer la trappe puis revient sur la berge à mes côtés. Vince réussi à extirper l’animal en dehors du piège. C’est à ce moment-là que tout devient extrême concentration, car extrême danger. Le crocodile est à même de se jeter sur l’un d’entre nous. Là, en l’occurrence, Julien est vraiment proche de l’action et son attirail trépied/gros appareil n’est qu’illusoire bouclier. Je suis partagée entre veiller à la sécurité de Julien et ma propre sécurité. Julien, lui, se concentre sur son travail de récolte d’images et tente d’effacer toute appréhension face à cette scène.

Tout va très vite. Le croco est déjà en dehors de l’eau, Vince tire facilement les 100 kgs qui se trouvent à l’autre extrémité de la corde. Le face à face a débuté. Les vagissements du saurien sont saisissants. La pression monte. Vince tente de plaquer la mâchoire de l’animal au sol, mais il se débat. A la prochaine accalmie, c’est à notre tour : « 1, 2, 3, sautez ! » crie Vince.

D’une synchronisation quasi parfaite, nous voilà toutes les deux à califourchon sur le crocodile. Immergée dans l’exécution de mes gestes, je n’ai pas entendu le cri de Cherie. Ce n’est qu’à la vue du sang au sol que je réalise que quelque chose cloche. Le croco, d’un coup de tête, a entaillé le doigt de Cherie, qui apparemment, n’aurait pas bien placé ses mains sur la mâchoire. Il faut savoir que les crocodiles américains ont la particularité de posséder des dents à l’extérieur de leur mâchoire.  Ce sont celles qui ont ponctionné et ouvert sur la longueur le doigt de Cherie. Comme une désinfection et un bandage urgent s’imposent, je me retrouve seule sur le crocodile, certes les pattes liées, mais quand même.

Pattes liées

La position à adopter dans une telle situation est la suivante : s’asseoir de tout son poids, genoux serrés, au milieu de l’animal et appuyer avec ses mains la mâchoire contre le sol. Je prie pour que, le temps des soins de Cherie, l’animal ne bouge pas, car je ne fais pas le poids, c’est indéniable !

Tout se passe bien. Place à l’examen du phénomène. D’abord, a-t-il déjà été capturé ? Cherie passe le détecteur de puces électroniques sur la queue de l’animal et le long code barre s’affiche. Ce mâle adulte a déjà été capturé 2 fois et à chaque fois parce qu’il représentait une menace pour l’homme, toujours au même endroit, malgré le fait de l’avoir relocalisé loin de cette zone. Après avoir traîné autour de jet skis et nagé autour de plongeurs, il est maintenant tenu responsable de la mort d’un chien. Situation complexe, car ce crocodile devient une réelle menace pour l’homme. Il faudrait pouvoir le maintenir à l’écart des hommes et ACES n’a pas assez de soutien aujourd’hui pour construire de nouveaux bassins pour ce genre de crocodile.

Le faiseur de troubles

L’individu en question sera relocalisé le lendemain, à quelques dizaines de kilomètres de là, dans ce qui devrait toujours être son habitat naturel, loin de la ville.

En route !

Relâche de crocodile

La remise à l’eau des crocodiles est toujours délicate. Les relâches se font essentiellement par bateau, il faut donc dénouer les liens autour des pattes et de la gueule du crocodile, puis l’accompagner du bateau jusqu’à l’eau. En somme, une manipulation complexe de par sa dangerosité. Vince prend en charge la manœuvre avec l’aide de Cherie et Chris. La tension de chacun est palpable.Une seule seconde d’inattention et le crocodile saura la saisir pour se débattre. Une situation que tout le monde cherche évidemment à éviter, tant les conséquences peuvent être graves. Le doigt de Cherie en est malheureusement un très bon exemple.

Quelques minutes avant la libération

Le travail précautionneux permet une remise à l’eau sans agressivité de la part du crocodile. Il faut dire que c’est sa troisième capture. Il a sûrement en tête le bon dénouement des captures précédentes et n’a donc rien à gagner à se débattre. Un crocodile préfère sans aucun doute la fuite à l’affront face à un potentiel danger.

Nous voilà en pleine mangrove et l’on ne peut manœuvrer le bateau pour repartir. Vince n’hésite pas une seconde à se jeter à l’eau pour pousser le bateau, littéralement pas plus de deux minutes après la relâche du crocodile qui ne doit donc pas être si loin. Il parvient à sortir le bateau de la mangrove puis remonte à bord, trempé évidemment, mais sain et sauf.

Cette nuit-là, on passera par le fameux canal où se trouve un crocodile de 4 mètres tenu responsable de la mort récente d’au moins 7 chiens ! Vince cherche désespérément à le capturer pour qu’il soit transféré ailleurs avant que la population locale se charge de son cas. Après avoir repéré le reflet des yeux d’un croco dans la mangrove, Vince, une nouvelle fois, se jette à l’eau, torche à la main. A ce moment, Julien et moi nous regardons d’un air plutôt inquiet. Difficile de savoir si le danger est bien présent. Malgré la persévérance, la chasse au croco n’aura pas porté ses fruits cette nuit-là.

La protection des crocodiles américains au Belize est extrêmement complexe de par leur interaction permanente avec les habitants et parce qu’aucun site de  réintroduction de l’espèce n’a encore été désigné par les autorités en charge.

Si le travail d’ACES n’est pas soutenu rapidement, nous serons malheureusement témoins de l’extinction de la population des crocodiles américains de l’île d’Ambergris d’ici une dizaine d’années.

comments powered by Disqus